Adresse et téléphone

2 rue de Grenus 1201 Genève 079 273 35 51

E-mail

jbiskemis@gmail.com

Horaires d'ouverture

Uniquement sur RDV par tel ou e-mail

Les expériences quotidiennes nous montrent que la colère n’amène aucun bonheur, ni a soi, ni aux autres et qu’elle entraine la plupart du temps des désagréments et rends notre esprit malheureux. En situation de colère, nous dirigeons principalement notre attention sur ce que nous ne voulons pas, notre esprit est envahit  par l’idée que l’autre nous a mis en colère, qu’il est en tort, nos pensées sont modifiées, notre communication teintée de nuances agressives ou défensives qui mettent l’autre a son tour sur la défensive voire suscitent sa propre colère. La colère laisse son empreinte à la fois dans notre esprit qu’elle obscurcit mais également dans notre corps en gaspillant notre énergie et lorsque des conditions identiques se présentent, elle resurgi de nouveau et nous prépare à réagir avec encore plus de colère dans l’avenir. Elle nous crée et nous transforme. Ce n’est pas la colère en soi qui est toxique mais les réactions que génère cette émotion en nous, qui peuvent avoir des conséquences préjudiciables pour soi et les autres. Sans compter qu’elle n’est pas la meilleure version  que l’on puisse montrer de soi. La façon dont nous vivons la colère tient en grande partie à la façon dont nous l’avons accueillie dans notre enfance, son expression et le sens qu’on lui donne est propre a chacun, a son passé, a ses croyances et son état psychologique. Normalement une émotion est ressentie, identifiée, entraîne souvent une action puis elle passe. Cependant la plupart d’entre nous n’a pas reçu d’éducation aux émotions et nous la gérons très souvent d’une manière frustrante soit en la contrôlant, en la refoulant, en la cachant voire parfois en s’en méfiant. Il arrive même que l’intensité de la stimulation soit si forte qu’elle l’empêche de devenir consciente. C’est ce qui se passe lorsque nous ne ressentons rien ou que l’on se sent coupé de notre émotion. Quoi qu’il en soit, sa charge énergétique reste présente et sera traitée de manière inconsciente afin de soulager la tension interne présente. Comme toute  émotion, la colère fait partie de notre constitution et en ce sens elle a une valeur très importante car elle nous parle de nous et nous donne des informations sur ce que l’on est entrain de vivre. Toute la difficulté réside dans le fait d’accepter de la ressentir pour entendre son message, tout en évitant de céder a un emportement contre-productif. En situation de colère nous focalisons notre attention sur l’autre comme un ennemi,  comme ayant tort et nous perdons totalement de vue nos besoins réels qui animent pourtant chacun d’entre nous. Le lâcher-prise sur ce que nous ne maîtrisons pas et l’identification chez soi du besoin qui demande a être comblé est essentiel. Déclenchée par d’autres émotions comme la peur ou la tristesse, la colère montre qu’une limite a été franchie,  nous nous sentons agressés, abusés, floués, l’autre empiète sur nos plates-bandes ce qui  est souvent lié à un besoin de reconnaissance et d’affirmation de soi. En situation de colère mieux vaut prendre un peu de recul, quitte à s’isoler un moment pour prendre le temps d’écouter le message que cette émotion nous envoie réellement puis décider ensuite de la marche à suivre. Nous ferons preuve de patience et de bienveillance envers nous-mêmes et les autres.

Un antidote à la colère

  • Accepter qu’il nous arrive de céder à la colère et de nous emporter
  • Se rappeler que la colère est un message qui nous parle de nous a travers une personne, une institution, une situation …
  • Voir la colère comme un témoin lumineux sur notre tableau de bord
  • Assumer ce qui nous appartiens c’est-à-dire notre égarement dans notre jugement, nos reproches ou nos pensées qui nous incite à « punir » l’autre.
  • Clarifier ce que nous ressentons comme sentiments et sensations physiques.
  • Identifier notre besoin non satisfait dans la situation.
  • Concentrer notre attention sur ce que nous voulons plutôt que sur ce que nous ne voulons pas.
  • Nous rappeler que le seul véritable pouvoir dont nous disposons est celui de rendre intentionnellement notre vie plus belle. 

Articles recommandés